La représentation politique des Français a l’étranger

Logo_PourLesNuls_jaune.584x330« La question de la représentation politique des Français établis hors de France, que ce soit dans les anciennes colonies ou dans des pays étrangers, est aussi ancienne que celle qui intéresse les Français de la métropole. Déjà, durant la convocation des États généraux en 1789, s’était posé le problème de la citoyenneté lors de l’examen en validation de l’élection des 17 députés élus, choisis ou autoproclamés outre-mer »

Combien  de  soirées  arrosées  qui  se  finissent  par  des discussions de comptoir très politico- folkloriques, initiées par  deux  compères  bien  éméchés  auxquels  viennent
se  greffer  la  quasi-  totalité  des  convives :  inondation d’intolérance,    beuglement  de  certitudes,  Cacophonie de  prises  de  position ;  un  brouhaha  sans  nom  mais parfaitement inefficace.
Qui  peut  prétendre    n’avoir  jamais  pris  part  a  ces jacasseries de  bassecour « hystéro – intolérantes » ! Pourtant  comme  disait  Nietzche  « Ce  n’est  pas  le
doute, c’est la certitude qui rend fou ».

Pour  le  français,  la  politique  est  avant  tout  un  sport national. De plus, c’est bien connu  comme tout bon sportif du  dimanche,  il  est  préférable  de  regarder  un  match  à  la télé que de s’époumoner sur un terrain de foot.
Enclavés  dans  des  pays  peu  enclins  a  un  tel  sport,  isolés de  ses  équipiers  du  même  bord,  frustrés  de  ne  pouvoir le  pratiquer  qu’avec  des  adversaires    de  piètre  qualité,
le  français  établis  hors  de  France  a  l’étrange  impression que  « l’idée  qu’on  puisse  infléchir  son  destin  et a fortiori celui  de  la  nation  entière  avec  un  simple  bulletin
de  vote  ou  par  une  action  forcément  limitée  dans  un monde globalisé  est  aussi frivole que le concept de prêt a porter canin, (Philippe Reinhard).

Pourtant,  les  Français,  las  de  l’institution  républicaine, connaissent  mal  le  fonctionnement  de  cette  dernière et  nourrissent  à  son  égard  un  sentiment  ambivalent.
Discrédité  par  les  promesses  non  tenues  et  les  ravages  de la  langue  de  bois,  le  discours  des  élites  est  accueilli  avec méfiance par le citoyen lambda.

Mais  malgré  ses  dérives  et  ses  imperfections,  « la démocratie demeure un « jeu » (un jeu de société certes), auquel le moyen le plus sûr de perdre est de ne pas jouer »

(Philippe Reinhard).

Alors,  Français  de  l’étranger,  nous  qui  sommes  a  l’autre bout  du  monde  que  pouvons  nous  faire et  qui  se  soucie de  notre  statut  si  particulier  de  « français  établis  hors  de France » !

Pourtant  des  conseillers  spéciaux  a  l’assemblée  des français a l’étranger (AFE) élus au suffrage universel siège auprès  des  instances  officielles  pour  nous  représenter, nous  leurs  compatriotes,  assurant  la  défense  de  nos intérêts,  notamment  en  matière  d’enseignement,  de rotection sociale et de fiscalité. Ce sont eux également qui
élisent les 12 sénateurs des français de l’étranger.
Je  ne  vous  parle  pas  ici  des  11  députés  des  Français  de l’étranger,  nouveauté  2012,  créés  spécialement  pour les  élections  législatives  dans  un  enfumage  médiatique, nous  faisant  perdre  de  vue  nos  155  représentants  de toujours,  les  conseillers  de  l’AFE  dont  les  élections ont été reportées à 2013 en raison d’un calendrier électoral
trop chargé en 2012.

L’enjeu  est  de  taille  :  de  notre  participation  au  débat politique dépendent non seulement le bon fonctionnement de  nos  institutions  représentatives  locales,  les  droits  que les  français  à  l’étranger  ont  en  termes  de  fiscalité,  de protection sociale, d’enseignement mais aussi la pérennité de notre État de droit a l’étranger.

Alors  il  est  temps  de  nous  remettre  de  notre  marathon électoral  de  2012  entre  présidence  et  législatives  et de « focuser » sur 2013 ou que vous soyez en Asie ou dans
le monde. Il  me  reste  une  année  encore  pour    vous  convaincre  de l’importance  de  l’élection  de  ses  conseillers  pour  que  le taux de participation ne soit plus si faible.

Veuillez vous reporter à la rubrique « Qu’est ce que l’Assemblée des Français de l’Étranger? »

A tous ceux partisans des droits et des devoirs ou des militants de canapé, je vous invite par un droit de réponse a nous écrire sur le (blog de l’adfe Laos) pour rentrer dans le vaste débat de la représentation politique des français a l’étranger

Gwen

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s